Les fantômes de l'internet, polar
EAN13
9782915879896
ISBN
978-2-915879-89-6
Éditeur
Les petits matins
Date de publication
Collection
LITTE (02)
Nombre de pages
168
Dimensions
19,8 x 13 x 1 cm
Poids
189 g
Langue
français
Code dewey
849
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les fantômes de l'internet

polar

De

Les petits matins

Litte

Indisponible

Autre version disponible

Les Fantômes de l'Internet
Extraits
" Fainéant, qu'elle dit, t'as donc lâché le turbin ! "
Babelutte Barberousse (née Desflandres) gardait de ses origines roubaisiennes une vieille culture prolétarienne, éthique du travail et références culturelles comprises. L'arrière-grand-père avait réellement participé au Grand meeting du Métropolitain pour soutenir les grèves de Vierzon ! Alors, quand son mari avait fait valoir ses droits à la retraite, à 50 ans, elle n'avait pas apprécié. Certes, ce " régime spécial " est la règle dans l'armée de la République, et peut se justifier par les contraintes et sacrifices de la vie militaire. Mais Fred n'avait jamais combattu : spécialiste des transmissions, promu à la force des cours du soir, il avait fini sa carrière avec le grade de commandant au siège de la Force d'intervention rapide de l'Union européenne, à Bruxelles, comme chef du département " Veille stratégique " du Service de contre-espionnage. Tu parles !
Soyons honnêtes, aussi : Babelutte s'était habituée à ce poste qui le retenait à Bruxelles quatre jours sur sept. L'avoir dans les pattes toute la sainte semaine, elle avait compris très vite qu'elle ne supporterait pas.
- Tu vas faire comme les autres : te trouver un boulot en plus de ta retraite ! Et un boulot physique, s'il te plaît ! Tu vas pas rester assis en permanence devant l'écran de cet ordinateur !
Il faut dire que, même pendant les heures de service (qui consistait essentiellement à surveiller ce qui se racontait sur Internet), Fred Barberousse était l'un des piliers d'IVL, In Vino Libertas, le top du logiciel libre en matière d'onologie. Il faisait même partie de l'aristocratie d'IVL : les dénicheurs, ceux qui vous dégottent un simple AOC du Languedoc auquel bien des bordeaux grands crus classés, bien des bourgognes premiers crus, doivent rendre les armes.
Grâce à lui et à quelques autres bénévoles, IVL, ce site Internet coopératif et gratuit, avait surclassé en réputation les somptueuses revues sur papier glacé, les Dionysos et autres Caves et tire-bouchons, tout comme les éditions de poche à mise à jour annuelle pour bobos et prolos, genre Le Guide du pinard. Un signe ne trompait pas : toute découverte promue par IVL voyait dans les deux mois son prix doubler chez le vigneron et tripler chez le détaillant.
S'identifier pour envoyer des commentaires.