Willi Gautschi et la Grève générale de 1918, Écrire, réécrire l'histoire
EAN13
9782889011988
ISBN
978-2-88901-198-8
Éditeur
Éditions Antipodes
Date de publication
Collection
Histoire et société contemporaines
Nombre de pages
232
Dimensions
13,5 x 3,3 cm
Poids
315 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Willi Gautschi et la Grève générale de 1918

Écrire, réécrire l'histoire

Éditions Antipodes

Histoire et société contemporaines

À paraître
La Grève générale de 1918 est la plus grande crise de politique intérieure de
la Suisse moderne: 250'000 grévistes font face à 100’000 soldats en pleine
Grippe espagnole. L’interprétation de cet épisode est contestée: s’agissait-il
d’une tentative de révolution bolchévique ou d’une mobilisation populaire
légitime? Willi Gautschi est le premier historien à consulter les archives et
à proposer une version consensuelle, mais son travail est aujourd’hui à
nouveau remis en question

Est-il est légitime d’organiser des grèves et des manifestations en Suisse, ou
faut-il privilégier les élections, le référendum et l’initiative populaire?
L’interprétation de la Grève générale, qui met 250’000 grévistes dans les rues
face à 100’000 soldats, est au coeur de cette question. Longtemps, le récit
dominant en faisait une révolution bolchévique manquée. Mais à partir des
années 1960, les historien·ne·s ont insisté sur la détérioration des
conditions de vie des classes ouvrières, sur l’autoritarisme du gouvernement
et sur la volonté d’affrontement de l’armée. Le travail de Willi Gautschi, le
premier à mobiliser des archives, occupe une place importante dans cette
réflexion: aujourd’hui encore, ses livres servent de référence. Pourtant, ils
ne sont pas sans biais interprétatifs majeurs, révélateurs des débats socio-
politiques de la „société du consensus" des Trente Glorieuses comme de
l’ouverture post-1968. En se penchant sur les archives personnelles de Willi
Gautschi, ce livre étudie la façon dont l’histoire est écrite, et comment elle
s’insère dans les débats contemporains. Car interpréter la Grève générale de
1918, c’est se prononcer aussi sur les grèves et manifestations de son temps –
aujourd’hui, sur les grèves féministes, pour le climat ou pour de meilleures
conditions salariales.
S'identifier pour envoyer des commentaires.