Shakespeare et les philosophes
EAN13
9782845787933
ISBN
978-2-84578-793-3
Éditeur
Manucius
Date de publication
Collection
Les Aldes
Nombre de pages
184
Dimensions
24 x 15 x 1,4 cm
Poids
284 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Shakespeare et les philosophes

Manucius

Les Aldes

À paraître
Comment les philosophes ont-ils reçu et lu Shakespeare? L'ont-ils ignoré? Comment les textes et le théâtre de Shakespeare affectent-ils la philosophie, la transforment-ils? L'obligent-ils à se déplacer, à se réinventer? L'altèrent-ils ou l'affolent-ils?
Quels usages des philosophes les textes et le théâtre shakespeariens font-ils? Qu'arrive-t-il à Platon, Aristote, aux Stoïciens, Thomas d'Aquin, Érasme, Machiavel, Montaigne, Giordano Bruno, mais aussi à Paul dans ce théâtre? Quels sont les usages, la présence et l'importance de Shakespeare à partir du romantisme chez Hegel, Schelling, Marx, Schopenhauer, Nietzsche, Freud, Heidegger, Wittgenstein, Deleuze, Derrida, Levinas, Lyotard, et d'autres?
Quels sont les philosophes cités dans l'œuvre de Shakespeare, répétés, déformés, altérés, contredits, récusés, moqués? Au-delà de la question de l'influence de la philosophie sur Shakespeare, il s'agira de réfléchir à la modalité et au régime de la présence de la philosophie dans le texte et sur la scène shakespearienne. Que produit la philosophie dans ces textes de théâtre? Comment l'écriture théâtrale de Shakespeare met-elle en scène les philosophes et quels rôles leur fait-elle jouer?
Le présent livre se tiendra loin d'une longue tradition de la philosophie qui a manifesté pour le théâtre un certain mépris. Cette tradition a été sans doute inaugurée par l'expulsion des poètes de la Cité, au livre X de la République de Platon. Occupés à inventer une théorie de l'invisible pour éclairer le monde depuis une outre-scène et à appuyer la trajectoire du monde sur une transcendance, les philosophes ont été nombreux à éprouver et élaborer, par rivalité avec le théâtre, un mépris philosophique pour l'éclat du spectacle, pour le jeu masqué et mensonger des comédiens. Ces philosophes ont subordonné le théâtre à la scène philosophique, en l'assignant à une structure de la représentation limitée, dans laquelle la scène est inféodée, soumise au texte écrit et à son auteur, auteur qui possède le sens et sait ce que parler sur scène veut dire, parce qu'il occupe une position hors scène.

Ouvrage collectif sous la direction d'Isabelle Alfandary (Professeur à l'Université Sorbonne Nouvelle) et Marc Goldschmit (Directeur de Programme au Collège International de Philosophie).
Avec les contributions d'Isabelle Alfandary, Carlo Cappa, Line Cottegnies, Hélène Garello, Marc Goldschmit, Dominique Goy-Blanquet, Catherine Lisak, Ronan Ludot-Vlasak, Jean Maurel, Anne-Marie Miller-Blaise, Axel Nesme, Daniel Sibony, Gisèle Venet.
S'identifier pour envoyer des commentaires.