Éloge du contraire
EAN13
9782375720417
ISBN
978-2-37572-041-7
Éditeur
L'Espace d'un Instant
Date de publication
Collection
THEATRE
Nombre de pages
228
Dimensions
20 x 14 x 1,7 cm
Poids
242 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Éloge du contraire

L'Espace d'un Instant

Theatre

Indisponible
Voici enfin réunis, et pour la première fois, les textes de Goran Stefanovski, essais et discours écrits à l’occasion de différentes manifestations culturelles internationales. Ses observations et ses réflexions, faites à partir d’une position d’« exil itinérant » et dans lesquelles on croise Kafka, Tintin ou Donald Duck, élaborent un hypertexte sur l’identité et engagent à une déconstruction audacieuse des clichés. L’auteur d’Hôtel Europa propose ainsi une critique des divisions internes de l’Europe, qui menacent de la transformer en un espace dystopique de méfiance et d’ignorance, particulièrement sous les assauts du capitalisme mondial. « Il fut pourtant un temps où l’Est (du moins mon coin de l’Est) criait : “Nous sommes ici, ici !”, et où l’Occident répondait : “Nous ne pouvons pas vous voir. Vous n’êtes pas là où nous vous attendions. Déplacez-vous, que nous puissions vous voir.” » Goran Stefanovski (1952-2018) est né en Macédoine. Auteur dramatique, universitaire, il a vécu et travaillé entre Skopje et Canterbury. Il a écrit de nombreuses pièces et scénarios, abordant notamment les frictions entre identité personnelle, histoire et politique. Un bon nombre de ses oeuvres ont fait l’objet de productions internationales, représentées à travers l’Europe, du BITEF de Belgrade jusqu’au Festival d’Avignon. Sommaire : Histoires de l’Est sauvage ; Sur notre histoire ; Discours post-dînatoire ; L’essence des choses ; Le téléphone en panne ; Les trans-artistes et les cis-artistes ; L’auteur dramatique en tant qu’artisan des drames ; Dispute avec Kafka ; Éloge du contraire ; Tintin dans les Balkans ; L’étincelle qui jaillit. Supplément : « Goran Stefanovski : “Fables du monde sauvage de l’Est. Quand étions-nous sexy ?” », par Frosa Pejoska-Bouchereau.
S'identifier pour envoyer des commentaires.