EAN13
9782491517359
ISBN
978-2-491-51735-9
Éditeur
AETHALIDES
Date de publication
Collection
FREAKS (1)
Nombre de pages
104
Dimensions
19,1 x 11,8 x 0,9 cm
Poids
115 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Sainte-Recommence

Aethalides

Freaks

Indisponible
Une maman attentive s’occupe de son fils quadragénaire : elle le loge, lui prépare à manger, veille à ce qu’il prenne son traitement, respecte ses routines et le dissuade efficacement de quitter ce cocon rassurant. Le monde extérieur est tellement menaçant... L’alternative aux routines semble être la crise, alors la mère et le fils planquent leurs fragilités sous la force de l’habitude. Ils parlent et déparlent, les rôles flottent, la logique s’estompe, mais les deux s’en tiennent à un salvateur bon sens : pour que rien ne change, il faut que rien ne change. Autrement dit, il faut que tous les jours on fête la Sainte-Recommence ! Pour l’instant, ça tient. Avec cette pièce en un acte, au décor minimaliste, Emmanuel Venet nous plonge au coeur d’un huis-clos entre deux êtres cabossés qui poursuivent un simulacre de dialogue dans lequel les mots, comme frappés d’insignifiance, servent la logique aliénante de la routine en oubliant la potentialité libératrice de la parole. Pour avoir longtemps exercé la psychiatrie à l’hôpital public, Emmanuel Venet a fréquenté de près la folie – celle des patients comme celles des institutions – et son inspiration ne peut complètement s’abstraire de cette expérience bouleversante, à bien des égards. "La Sainte-Recommence" s’ajoute à une série de proses littéraires nourries de ce parcours : "Ferdière, psychiatre d’Antonin Artaud" (Verdier 2006); "Plaise au tribunal" (La Fosse aux ours 2017); "Observations en trois lignes" (La Fosse aux ours 2020); "Schizogrammes" (La Fosse aux ours 2022). À ces écrits purement littéraires, il faut ajouter un texte plus technique, "Manifeste pour une psychiatrie artisanale" (Verdier 2020), qui dénonce l’évolution vers une psychiatrie protocolisée, numérique et de moins en moins relationnelle. Cette récurrence de l’inspiration psychopathologique dans l’oeuvre d’Emmanuel Venet reflète non seulement sa position critique envers les pratiques soignantes, mais aussi un principe d’incertitude qui devrait, d’après lui, guider les théoriciens comme les cliniciens. "La Sainte-Recommence" donne à ce principe une illustration chatoyante : malgré les rôles assignés, il est vite clair que chaque personnage entretient avec la réalité des relations à la fois extravagantes et ordinaires – entrelacs qu’aucune sémiologie médicale ne saurait épingler dans ses catégories. Il en surgit une poésie de l’indécidable, un humour baroque et un coup de chapeau malicieux à la complexité de l’âme humaine.
S'identifier pour envoyer des commentaires.