EAN13
9782251453101
ISBN
978-2-251-45310-1
Éditeur
Belles Lettres
Date de publication
Collection
Histoire
Nombre de pages
442
Dimensions
21,5 x 15 x 0,1 cm
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La paix de Nicias et l'expédition de Sicile

Nouvelle histoire de la guerre du Péloponnèse. Tome III

Belles Lettres

Histoire

À paraître
Dans ce troisième volume de sa Nouvelle Histoire de la guerre du Péloponnèse, Donald Kagan étudie les événements qui vont de la signature, en 421, du traité connu sous le nom de « paix de Nicias » à la destruction de la flotte et du corps expéditionnaire athéniens en Sicile en 413. À peine signée, la paix de Nicias ne tarda pas à se désagréger au gré des violations commises de part et d’autre, des retournements d’alliances, de l’intervention de nouveaux acteurs et de l’affrontement de deux lignes politiques antagonistes tant à Athènes qu’à Sparte. Les tensions entre les différents camps culminèrent dans un affrontement majeur, la bataille de Mantinée, en 418. La victoire que remporta alors Sparte lui permit de rétablir sa réputation et son autorité sur le Péloponnèse ; elle vint également porter un coup fatal aux ambitions hégémoniques des démocraties grecques emmenées par Athènes.
L’expédition de Sicile, dont les préparatifs commencèrent en 416, débuta elle aussi sous les pires auspices. Elle était entachée d’un défaut funeste : celui qui l’avait conçue et qui en avait été l’avocat, Alcibiade, passa rapidement à l’ennemi ; de surcroît, celui qui la dirigeait effectivement, Nicias, y était fondamentalement hostile. Arrivé en Sicile, le corps expéditionnaire athénien se heurta rapidement à des difficultés. Il commit une série d’erreurs stratégiques et tactiques qui s’avérèrent fatales après l’arrivée du général spartiate Gylippe, qui sut galvaniser et réorganiser les troupes syracusaines et les mener à une victoire totale sur Athènes et ses alliés. Pour Athènes, ce fut un désastre qui marqua véritablement le début de la fin. Prenant comme fil conducteur l’examen critique de deux thèses de Thucydide sur l’expédition de Sicile et sur la carrière de Nicias, Kagan analyse dans le détail les stratégies et les tactiques, les enjeux diplomatiques et la vie politique intérieure d’Athènes et de Sparte.
La relation de l’expédition de Sicile par Thucydide est considérée comme un chef-d’oeuvre historiographique et littéraire. Dans des pages finales brillantes, Kagan montre que c’est dans le texte même de Thucydide qu’on peut trouver de quoi construire un autre récit et contredire ses thèses. En ce sens, on pourrait dire que Thucydide est certes une source à lire de façon critique (et le travail de Kagan est une déconstruction méthodique des grandes thèses de l’historien grec), mais qu’en laissant dans son texte de quoi tirer d’autres conclusions que les siennes, il mérite aussi d’être considéré par les historiens contemporains comme « un collègue », en ce qu’il reconnaît, dans sa pratique, que le récit historique est une construction et son propre discours, un point de vue.
S'identifier pour envoyer des commentaires.